Carnet de voyage,  Mexique

Expédition au milieu de la jungle : Palenque

Après la douceur du climat de Oaxaca, direction la fournaise tropicale de Palenque, dans l’état du Chiapas. Située au milieu de la jungle, la ville possède un climat chaud et humide qui peut vite devenir étouffant. A peine sortie du bus, me voilà toute transpirante et poisseuse (glamour, quand tu nous tiens…).

Depuis Oaxaca, le trajet prend une dizaine d’heures en bus. Bien souvent, les gens commencent par San Cristobal de las Casas avant de se rendre à Palenque, ce qui prend autant de temps en bus, mais j’ai une petite astuce pour aller plus vite et payer moins cher, mais il faudra attendre l’article sur San Cristobal pour le savoir (oui, je fais du teasing) !

Globalement, la ville en elle-même n’a pas grand intérêt, à part peut-être son marché, pour faire le plein de fruits et légumes exotiques. Néanmoins, aux alentours, ce n’est que merveille.

 

Cascadas Roberto Barrios

C’est mon petit coup de cœur de Palenque. Moins connues que sa cousine Agua Azul (beaucoup, beaucoup plus touristique, que je n’ai pas fait par manque de temps et par aversion pour les hordes de touristes), les cascades Roberto Barrios sont situées au cœur de la jungle, dans une communauté zapatiste.

Pour s’y rendre, prendre un colectivo depuis le marché pour 50 pesos. L’entrée au site coûte 20 pesos. Vous pouvez ensuite faire appel ou non à un guide qui vous fera visiter les différentes cascades, soit en marchant, soit en nageant (avec mention grottes sous l’eau et sauts vertigineux). La dernière option est définitivement la plus fun ! Pour le tour, vous donnez ce que vous voulez, et n’oubliez pas le petit tips pour le gamin qui garde vos affaires pendant que vous êtes dans l’eau ! Moi qui ne suis vraiment pas adepte des tours, je vous le conseille vraiment, c’est super amusant ! L’eau est très bonne et d’une couleur bleue saisissante ! Pensez à prendre du change pour payer votre guide et continuer à batifoler tranquillement dans l’eau après !

Je vous conseille d’y aller vers 10-11h, vous serez tout seuls avec votre guide. Les touristes commencent à arriver en début d’après-midi, mais ce ne sont pas de gros afflux, donc pas trop dérangeant.

Pensez également à vous renseigner sur l’heure du dernier colectivo (le site ferme à 17h). En effet, si le colectivo se déplace juste pour vous, il va essayer de vous charger un maximum, soit 500 pesos au lieu des 50 réglementaires !

 

 


Qu’est-ce qu’une communauté zapatiste ?

Le terme fait référence à Emiliano Zapata (1879-1919), personnage important de la révolution mexicaine, qui luttait entre autres pour la redistribution des terres au profit des petits paysans. Dans les années 1990, le mouvement zapatiste se fait connaître par le biais de l’EZLN, Ejercito Zapatista de Liberacion Nacional (Armée Zapatiste de Libération Nationale). Le mouvement, implanté dans le Chiapas et d’origine indigène a entre autress

pour but de construire l’autonomie du Chiapas, ce qui est le cas dans ces communautés, qui vivent selon leurs propres règles (au niveau municipal, elles élisent leurs propres représentants, et ceux-ci ne reçoivent aucun avantage matériel ou financier par exemple), et dans lesquelles aucun homme en uniforme (police, armée), n’est autorisé à pénétrer. De manière générale, la plupart de ces communautés sont fermées aux personnes extérieures.


Le site archéologique de Palenque

Le site archéologique de Palenque est composé d’un ensemble de ruines mayas. Le site est assez grand, au milieu de la jungle, est vous pouvez monter sur pas mal de temples, prévoyez donc de bonnes chaussures, de l’eau et de l’anti-moustiques !

Pour vous y rendre, prenez un colectivo au marché ou devant le terminal de bus ADO. Vous devrez d’abord payer un droit d’entrée au parc, puis 70 pesos pour accéder aux ruines et au musée. Là, vous trouverez de nombreux guides vous proposant leurs services et vous assurant que pour aller dans la jungle, il est obligatoire d’avoir un guide, que c’est très grand et que vous allez vous perdre. C’est totalement faux. Le chemin est bien balisé donc aucun risque de se perdre. A la rigueur, faites un tour dans la jungle par vous-même (le sendero Motiépa est très sympa par exemple), et faites éventuellement appel à un guide une fois près des ruines-mêmes.

Vous avez assez peu de chances de croiser des animaux en restant sur les sentiers ouverts au public, mais vous pourrez en apercevoir en faisant les délinquants et en passant par-dessus les barrières estampillées « no pasar » (ne pas passer).

Le site accueille beaucoup de touristes, veillez donc à y aller tôt le matin pour éviter les grands groupes, et la chaleur par la même occasion.

 

 

Où loger à Palenque ?

Les auberges de jeunesses que j’ai pu trouver n’avaient franchement pas l’air terrible, je me suis donc rabattue sur Airbnb, et là, j’ai trouvé la perle rare. Une maison tenue par une famille on ne peut plus sympathique, au milieu de la jungle (donc un peu éloigné du centre, 5 minutes de taxi ou 30 minutes de marche), avec un dortoir (que j’ai eu pour moi toute seule durant mon séjour) ou bien des cabañas, le tout pour seulement 10€ la nuit, petit-déjeuner inclus. Pour les retrouver, il s’agit de la Casa Bambutan.

L’énorme plus de cet endroit, c’est qu’une famille de singes hurleurs a élu domicile non loin de là et descend tous les jours afin que vous leur donniez des bananes. C’est vraiment une expérience incroyable, que vous ne pourrez vivre qu’ici.

De plus, vous entendez les bruits de la forêt (les singes, les insectes), et vous pouvez même voir quelques beaux spécimens ! Pour ma part, une espèce d’opposum (je crois), et sur le bord de la route, un iguane et de magnifiques perroquets.

 

Je ne suis pas restée très longtemps à Palenque, mais j’ai beaucoup apprécié mon séjour. Si vous restez plus longtemps, faîtes un tour à Agua Azul (vous êtes prévenu pour les touristes), ou encore à la cascade de Misol Ha !

3 commentaires

  • Jeff

    Je suis déçu car j’aurais aimé voir un selfie avec Estaban et Zia mais bon 😊
    À la lecture de tous ces récits très bien écrits et très bien illustrés, il me semble que ta philosophie de vie est en pleine mutation 🤔
    😘

    • Amélie

      Tu n’es pas à la page, Les Mystérieuses Cités d’Or, c’est les Incas, donc plus Pérou/Bolivie, la c’est les Mayas ! 😉
      Mais pour le reste, tu as on ne peut plus raison !
      Bisous

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :